Les bois de placage

Sur cette photo réalisée au sein de son local de stockage, on peut voir l’artiste-marqueteur Patrick Delarme nous présentant une feuille de placage : il s’agit ici d’une feuille de bois de rose tranchée.

Comme on peut l’observer, sur les rayonnages d’une première partie de son atelier, l’on retrouve l’ensemble des bois de placages qu’il utilise pour réaliser ses œuvres en marqueterie (que vous pourrez retrouver, à votre disposition, sur la Boutique du Marqueteur dans la section Bois de Placage).

Parmi les plus célèbres de ces bois de placage nous retrouvons :

  • le bois de rose ;
  • le palissandre de Rio ;
  • l’ébène de Macassar ;
  • le citronnier de Ceylan ;
  • l’érable du Canada ;
  • le sycomore ;
  • le merisier de fil ;
  • le merisier moucheté ;
  • le poirier ;
  • l’acajou de Martinique ;
  • l’acajou d’Amérique ;
  • les bois teints : rouge, gris, noir, vert, bleu.

Il dispose au total d’une soixantaine de placages, scrupuleusement sélectionnés.

 

Que signifie le mot placage ?

Le placage est une feuille de bois destinée à la marqueterie. Les épaisseurs varient de 3/10e de mm à 9/10e pour un placage tranché ou déroulé, et de 12/10e à 50/10e de mm pour du placage scié.

 

Que signifie le terme tranchage ?

Après un étuvage consistant à tremper la bille de bois, dans un bain d’eau bouillante afin de la faire ramollir, on la découpera en fines feuilles sur toute sa longueur, à l’aide d’une machine appelée trancheuse.

 

Qu’est-ce que le placage déroulé ?

Après étuvage, le bois est coupé de la même façon que l’on taille un crayon. La seule différence réside dans le fait, que la bille de bois est tenu entre deux axes, la lame effectuant une coupe ininterrompue, jusqu’à son cœur. Au fur et à mesure que la bille tourne et est coupée, le placage s’enroule sur un autre axe, comme du papier toilette.

 

Où trouver les placages naturels et teints ?

Rendez-vous dans la boutique du marqueteur.